Parce que, tu le sais, y’a rien de plus malaisant qu’une personne depress, tu fais semblant. Faque avant de partir ta journée, tu te places le masque Es-tu belle la vie sur la face pis t’essayes d’y croire toi aussi, question que ça fasse plus vrai.

Tout d’abord à ta job. Parce que c’est pas la place pour être down. Parce que t’as une crédibilité à démontrer. Parce que le monde en savent pas beaucoup sur ta vie personnelle. Pis parce que le monde, dans le milieu communautaire, a besoin de ton support et de ta bonne humeur, et non l’inverse.

Y’a bien tes collègues qui sont au fait, mais tu ne veux pas non plus leur scrapper leur journée donc, évidemment, de jour en jour, tu vas magiquement mieux. Bon, y’a bien de petits moments où tes yeux se remplissent de larmes sans avertissement et qui laissent penser que ça va tant mais tu te reprends vite. Tu ris, tu affiches un grand sourire, tu fais ta job tranquille comme si de rien n’était.

Mais à mesure que la journée avance, le masque se fissure comme un costume d’halloween cheap made in china. Y perd des plumes, y craque, y devient de plus en plus fragile. Tellement que ça te prend tout ton petit change pour te rendre jusqu’à ton auto en fin de journée. Pis que tu brailles comme une conne tout le long du trajet pour rentrer chez toi en essayant de te calmer pendant que les restants du masque se désintègrent et dégoulinent sur ton manteau.

Pis c’est là que tu t’hais le plus. Parce que faire semblant, c’est rough. Pis parce que t’es la première qui aimerait ça y croire, à ton masque Es-tu belle la vie

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire