Quand tu étais plus jeune, tu rêvais ta vie amoureuse comme un long fleuve tranquille alimenté par deux rivières passionnées. Mais tu réalises bien assez tôt qu’il y a peu d’élus pour ce type de plan d’eau.

Tu embarques donc au début dans quelques rivières de rapides mais les remous c’est pas trop ton genre… Tu raffines tes critères. À une ou deux reprises tu as bien entretenu de beaux petits étangs pendant un temps plus que raisonnable mais l’habitat n’était pas viable pour faire pousser des nénuphars. Tu as donc repris ton eau tant bien que mal et tu es repartie.

Quand tu creuses un nouveau trou d’eau, les raisons des échecs peuvent être nombreuses : les eaux ne sont pas toujours compatibles, certaines sont même remplies de toxines et empoissonnent ta réserve. Des fois c’est l’autre qui ne désire pas agrandir le trou d’eau. Des fois sans te le dire, des gens arides veulent ton eau mais y’en ont pas à partager. Ils sont en sécheresse, D’autres fois y’a juste pas de raisons.

Pis des fois c’est toi aussi. Parce qu’après chaque tentative de transvidage, tu perds un peu d’eau: ça coule à côté, ça imbibe dans le fond du trou, ça reste collé aux gouttelettes de l’autre… pis ça s’évapore aussi un peu à chaque fois. Faque t’en as de moins en moins.

Passé un certain âge, y te reste juste une p’tite chaudière. Tu mets un couvercle dessus pis tu la caches dans le fond d’un placard, pas vraiment dans la peur d’en manquer mais plutôt avec celle d’en gaspiller. Moins y t’en reste, plus tu y fais attention, c’est logique.

Faque tu commences à emmener juste un mini échantillon quand quelqu’un veut essayer de bâtir un trou d’eau avec toi. Assez tu penses pour voir si y’a viabilité, mais pas assez pour que les pertes fassent trop mal. Mais l’eau c’est capricieux. Tu peux pas tester ça sans investir une assez bonne quantité. Faque tu gardes ton eau de chaudière précieusement en te protégeant.

Pis un jour y’a quelqu’un qui présente toutes les qualités, son eau est potable et s’amalgame bien avec la tienne. Faque tu te dis, avec ce qui me reste, m’a y aller ”all in”. Faque tu déverses tout le contenu de ta p’tite chaudière pour faire une bonne flaque d’eau de départ. Mais tu as misé trop, trop vite. Pour une fois que tu fais un choix, tu fais le mauvais. Ça arrive.

Mais là tu te ramasses à gratouiller dans le fond d’la flaque pis à filtrer la boue pour récupérer le plus possible de ton eau. Pis là tu mets ça dans un p’tit plat Tupperware. Pis tu te demandes si ça va être assez pour investir un jour dans un autre plan d’eau. Pis si quelqu’un va être intéressé par ça, un restant d’eau brouillée dans l’fond d’un plat en plastique…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire