Les sites de rencontre et moi : un fail programmé

Des fois, en plein hiver, quand y fait ben frette pis que je me la joue ermite parce que je suis frileuse comme ça se peut pas, l’envie me reprend de m’inscrire sur un site de rencontre pour peut-être trouver quelqu’un qui aurait envie d’hiberner avec moi. Une mauvaise idée qui revient une fois de temps en temps.

Mauvaise idée parce que moi, je suis pas faite pour rencontrer de cette façon-là. C’est pas pour moi. Pourtant, en tant qu’introvertie célibataire, j’ai essayé à quelques reprises, l’internet étant, je le pensais, une belle alternative pour rencontrer quelqu’un malgré mes tendances sauvages. Mais non.

Premièrement, l’effet magasinage me déconcerte et m’ennuie profondément. Ça me rend mal à l’aise de me magasiner un homme comme je me magasine un t-shirt. Feuilleter un catalogue en essayant d’imaginer si ça fitte. Et comme toute commande en ligne, quand ça arrive, c’est rarement comme c’était sur Internet… Pas les bonnes mesures, pas exactement comme décrit ou, pire, pas du tout le même produit. Déception.

Et il faut y mettre du temps sur ces sites! Du temps de filtrage. Filtrer, filtrer, filtrer. Tasser les players, mettre de côté les weirdos, rassembler les hommes qui sont sérieux, trouver là-dedans ceux qui peuvent fitter avec moi (déjà ça c’est pas facile).

Et là, oui, j’ai déjà rencontré des hommes biens sur Internet. Des hommes gentils, vraiment intéressants. Des hommes qui ont de l’allure pis qui sont mon genre. Plusieurs. Mais c’est la méthode qui ne me convient pas.

C’est comme un travail à temps plein, une épopée compliquée qui va mener à un premier contact. Y faut être capable de décoder tous les sous-entendus d’une description, tous les indices d’une photo pour décider si ça vaut la peine d’entrer en contact ou non. Ça te bouffe le temps pour, au final, avoir 2-3 discussions en simultané qui reviennent toutes au même.

Toutes ces questions plattes, en boucle : tu fais quoi comme travail, pis dans tes temps libres, pis ta famille, t’aimes les animaux? Etc. Etc. Etc. Les mêmes questions auxquelles tu pourrais répondre par copier-coller quand tu te donnes à fond dans la recherche active d’un compagnon. Y’a pas plus frette que ça. Désillusion de magie.

Mais le problème principal pour moi, c’est surtout la pression que ça amène. Les balises sont déjà posées : on est là pour voir si une relation est possible. Dès les premiers mots, même la première visite de fiche, on veut savoir si ça peut mener quelque part. Dès la première rencontre, on s’analyse pour savoir si ça peut muer en une relation. Pis moi, je fonctionne pas bien avec ça.

Ça a pas rapport avec le fait d’être prête ou pas à entrer dans une relation, (ok, un peu quand même) c’est juste que là tout pointe uniquement vers ça. Y’a de la pression de relation aussi tangible que ma gêne lors d’une première date. Pis ça ne me rend pas à l’aise. Pis quand je ne suis pas à l’aise pis que je sens de la pression, je bloque. Pour moi, c’est un fail programmé. C’est trop dirigé. Y’a pas de magie, pas de hasard de la vie, pas de surprise.

En résumé, si vous croisez VideCoeur84 sur un site de rencontre, on est clairement en plein hiver pis y fait frette. Ce n’est qu’une rechute temporaire. SVP, ne m’encouragez pas…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire